lundi 27 février 2017

SO FAR AWAY - TÃO LONGE




""Quelques lueurs d'aéroport, d'étranges filles aux cheveux d'or, dans ma mémoire traînent encore, c'est l'hiver à San Francisco, mais il ne tombe jamais d'eau, aux confins du Colorado. Et le Golden Gate s'endort, sur Alcatraz où traînent encore, des sanglots couleur de prison, Monsieur Caryl Chessman est mort, mais le doute subsiste encore, avait-il raison ou bien tort ? So far away from L.A, so far ago from Frisco, I'm no one but a shadow, but a shadow, a shadow... Le Queen Mary est un hôtel au large de Beverley Hills, et les collines se souviennent, des fastes de la dynastie, qui, de Garbo jusqu'à Bogie, faisaient résonner ses folies. So far away from L.A, so far ago from Frisco, I'm no one but a shadow, but a shadow, a shadow. Pauvre Madame Polanski, d'un seul coup on t'a pris deux vies, mais qui donc s'en souvient ici ? C'est l'hiver à San Francisco, je ne trouverai le repos, qu'aux confins du Colorado. So far away from L.A, so far ago from Frisco, I'm no one but a shadow, but a shadow, a shadow... (Nicolas PEYRAC - 1975)""
Avant même de commencer la chanson, je me suis fait sonner les cloches!!! C'est le risque quand on veut garer sa yourte à roulettes au pied du clocher du village. Cette mélodie n'illustre pas une chanson majeure, mais je l'ai souvent fredonnée dans les années 70. C'est au cours de cette décennie que je me suis élancé pour mes premières navigations océaniques. Mes premières traversées m'ont conduit vers les Antilles, le Mississipi et la Guyanne. Ici, Nicolas Peyrac nous fait voyager sur la côte pacifique des Etats-Unis, à la rencontre du Queen Mary, de Garbo, de Bogie (ou Bogey, le surnon d'Humphrey Bogart), de l'affaire Polanski et de Caryl Chessman, ce prisonnier célèbre pour avoir écrit quelques livres en prison, qui lui ont valu à plusieurs reprises le report de son exécution. Il finit néanmoins dans la chambre à gaz en agitant son bras de la droite vers la gauche, signe convenu avec un journaliste pour confirmer que ce type d'exécution faisait souffrir. Un hiver plutôt sombre du côté du Golden Gate, je ne l'échange pas contre le mien ici au sud de la vieille Europe. Demain, on dit Adieu à Février... Voilà déjà Mars et ses jours qui rallongent comme des bolides de lumière... Profitons de chaque heure. Belle fin d'hiver les amis.



COMMENTAIRE

Enregistrer un commentaire